http://www.sptimes.com/News/062700/TampaBay/Who_ll_save_the_serfs.shtml

L'assemblée nationale française a voté une nouvelle loi la semaine passée.

Les français en ont plus qu'assez des groupes se disant religieux mais tirant profit de gens émotionnellemnt fragiles. En d'autres termes, la France veut se payer la tête de la scientologie. La loi rendrait illégale pour les organisations de son espèce d'user de "manipulation mentale" à l'encontre de leurs membres.

On pourrait aussi les poursuivre pour des crimes genre viol, escroquerie, et abus de personnes en état de faiblesse.

C'est certainement trop demander à la municipalité de Clearwater de passer une loi du même ordre. Un de ce quatre, la ville ira jusqu'à changer son nom et se faire déclarer un ville-état de ce royaume surréaliste fondé de toutes pièces par le Ron Hubbard.

La légiste de Pinellas Pasco y sera nommée Alchimiste en Chef et Pythie. Toute autre personne suffisamment stable et intelligente pour demeurer incroyante sera réduite en esclavage - à l'exception du manager de la cité Mike Roberto, qui a déjà bien appris et semble se contenter d'embrasser les leaders de ce Jonestown-Pour-Rupins.

L'état de servage ne s'est guère amélioré depuis le Moyen-âge. Ne pas s'incliner pieusement et révérencieusement devant ces citoyens de Clearwater au regard fixe et à l'uniforme théatral pourra vous coûter 500 dollars d'amende, plus quelques nuits attaché sur un lit à l'hotel Fort harrisson.

Repas non compris.

On ne vous autorisera pas à appeler maman, et bien moins encore votre avocat.

Si vous sortez de l'hotel pieds devant, on expliquera que vous avez expiré parce que vous avez cassé l'électromètre.

Si vos survivants ont quelque mal à avaler la pilule, ils pourront toujours demander une enquète à l'avocat général d'état du comté de Pinellas Pasco, mais il leur faudra se fier à la chef alchimiste.

Et vous savez ce qui s'est passé la dernière fois qu'on a vu ça.

Je ne vous raconte pas cette histoire sous prétexte que le journal monte en justice aujourd'hui pour demander qu'on rende publique les photos d'autopsie de la pauvre Lisa Mc Pherson, ces photos qui démontreront ce que les scientologues ont fait d'elle en quelques jours.

C'est juste un petit rappel.

Je vous dis ça parce que si vous vivez à Clearwater et que vous craignez d'être à deux pas du servage sous la houlette de cette secte, mieux vaut commencer à appeler dès maintenant, à faxer, écrire et e-mèler à la personne qui représenterait votre dernier espoir.

Le ciel vous vienne en aide - mais c'est le Gouverneur.

Jebs, pas Eisenhower. Il peut vous libérer. Mais il peut nommer un nouveau légiste en chef.

Comme ça, si quelqu'un d'autre doit mourir au Fort Harrison, ça ne traînera pas sur les faits dans les arrière-cours.

Certainement que le prochain légiste ne trouvera rien d'anormal à constater que la prochaine morte n'a rien fait d'anormal en se mettant à poil dans la rue après une légère collision. Il ne pensera pas que c'est anormal qu'elle se fasse boufer par les cafards et qu'elle choppe un caillot mortel après s'être cogné le genou, ou qu'elle ait trouvé naturel de mourir, ou que c'était la seule chose qu'elle pouvait encore faire.

Je comprends bien qu'un nouveau légiste ne bénéficiera pas directement de serfs. Mais au moins, il fera craindre à la scientologie que ça ne passera pas tout seul si la chance veut qu'on extraie un nouveau cadavre de ses chambres d'hotel.

Vous pouvez aussi faire autre chose:

Appelez la France.

Là-bas, on doit sûrement penser que les américains sont barjos.

Et c'est vrai que ce serait quand-même bizarre d'avoir le français comme langue officielle du gouvernement de Clearwater. Ils vous couperaient la chique d'un coup quand vous prononceriez de travers leur langue préférée.

Mais au fond, serait-ce plus étrange que d'apercevoir la photo d'Hubbard dans les vitrines, ou affichée sur la muraille de Chine, avec obligation de génuflexion?

Au moins, avec la France, on aurait une loi protégeant de la manipulation mentale.

Et ce qu'on mangerait - imaginez ce qu'on mangerait.


Retour sous-index Lisa Mc Pherson