Mourir de faim au Danemark - (scientologie, Hare-Krishna...) 

Starved to death in Denmark (pdf file)











et-sect-era (Cyril Malka)

L'engagement en scientologie

Eric Rubio pensait faire carrière et son bonheur chez l'élite de la scientologie. Il revenait en France dix ans plus tard... dans une urne. Eric mourut seul - de faim.

Eric était né à Aubervilliers en Juin 1966. Sa maman est française, son père argentin de Buenos-Aires. C'était un enfant réservé, ne fréquentant que quelques amis. Il allait souvent au cinéma, et n'avait pas d'autres violons d'Ingres.

A dix-huit ans, il partit pour le service militaire, comme les jeunes français à l'époque. On ne sait s'il avait des problèmes alors. Sa maman expliquera qu'il est rentré fatigué de l'armée, un peu comme si la vie militaire ne lui avait guère convenu.

Après le divorce de ses parents, Eric choisit d'aller à Paris, chez son père. C'était plus attirant, et les possibilités y sont meilleures que dans sa petite ville de province. Père et fils habitaient dans le 9e arrondissement - tout près de la scientologie. Il travaillait alors dans une pizzéria.

Elle croît que son fils va devenir prètre

C'est en 1991 qu'il reprit contact avec sa mère. Il lui expliqua qu'il était maintenant dans 'l'église de scientologie'. Elle pensa qu'il se préparait à la prètrise, ce qui la surprit, puisqu'il n'avait jamais montré d'intérêt pour la religion, mais, comme elle l'expliqua lors de l'entretien avec et-sect-era, elle ne voulut pas interférer, car c'était la vie et le choix de son fils.

C'est lorsqu'il discuta avec sa mère qu'elle découvrit ce qu'était vraiment la scientologie. Mais hélas, il poursuivit une voie que nous ne connaissons que trop bien, en restant sourd à sa mère: au début, il lui expliquait à quel point la scientologie était merveilleuse, que ce n'était pas une secte mais une religion qui allait mettre la planète au clair, et faire bien d'autres miracles.

Comme sa mère refusait la secte, Eric devint "PTS" - une "source potentielle de troubles" pour la scientologie. Il fut donc poussé à "manier" sa mère, afin de pouvoir continuer à "profiter" de la scientologie.

Il travaillait dans les bureaux de la secte, et gagna sa vie en dehors en même temps.

Il occupa son dernier emploi régulier dans un hotel en septembre 1991.

Croyant qu'il ferait ainsi partie de l'élite, Eric s'engagea dans l'Organisation Maritime, la "Sea Org" scientologue, laquelle l'envoya au Danemark. La Sea Org, c'est l'élite de la scientologie - ses membres signent des contrats d'un milliard d'années.

Engagement dans la Sea Org

Les rèves de puissance, l'envie de devenir quelqu'un de vraiment spécial poussèrent Eric vers la Sea Org. Il débarqua à Copenhague en 1992. Ce n'était pas difficile d'obtenir les papiers d'immigration à l'époque. Même si la scientologie n'était pas (et n'est toujours pas) reconnue comme une religion au Danemark, la secte pouvait faire venir ses recrues dans les mêmes conditions que les missionaires des religions reconnues.

La scientologie aidait ses membres étrangers à obtenir des autorisations de résidence. Il semblait naturel qu'ils prennent les papiers d'identité de leurs adeptes pour obtenir ces autorisations (cf note 2 plus bas).

La vie à la Sea Org est très rude. Eric y vécut dans des conditions misérables, avec des feuilles de plastique remplaçant les vitres aux fenètres, en été comme en hiver; ne parlons pas des conditions d'hygiène plus que douteuses.

Avant d'être membre à part entière de la Sea Org, il faut passer par des arcanes particulièrement dures. On peut comparer ça aux traitements humiliants subis par certaines recrues des unités d'élite de l'armée US avant d'y être admises. Cela ne laissait guère de temps à Eric pour écrire, mais son premier courrier était positif.

Ses lettres parurent assez "polies mais distantes" à sa maman. Ce "Chère Maman" en en-tête lui parut bizarre, on ne recontrait pas cette expression d'habitude chez Eric; ça ne lui ressemblait guère..

... je pense que je reviendrai bientôt à la maison

Elle fut étonnée, mais pensa qu'Eric était désormais dans la marine, qu'il avait peut-être pris ses distances. Il s'aperçut de son malentendu et lui expliqua que seul le nom de la Sea Org évoquait la marine. Il s'agissait d'une division de la scientologie.

Mais quelques années après, la scientologie et la Sea Org ne collent plus tellement à l'image idyllique qu'Eric avait - ni à celle des tracts de la scientologie sur papier glacé.

En juillet 1994, sous le ... chaud soleil danois, il écrivait à sa mère:

En ce qui me concerne ça va, mais j’en ai marre de l’organisation maritime. La Scientologie ne m’a pas apporté ce que j’espérais. En plus, je travaille pour gagner quasiment rien du tout, parfois 100 couronnes par semaine, parfois rien. Je crois qu’ils se foutent du monde. Je pense que je vais prendre la décision de repartir pour la France après les vacances d’été. Je m’aperçois juste maintenant que j’ai perdu 2 ans de mon temps à travailler pour ces gens-là. De toute façon il y a une fin à tout, comme j’en ai marre de travailler pour rien et pour des gens que je qualifie d’un peu hypocrites, je préfère retourner en France et démarrer sur des bases un peu plus stables.

Mais Eric n'avait pas tenu compte de la scientologie. Il avait signé pour un milliard d'années, et la secte le persuada de rester à la Sea Org. Toutes les lettres que voici ont été envoyées sur papier de l'Hotel "Corona", qu'occupe la Sea Org à Copenhague. Presque toutes expliquent qu'Eric aimerait rentrer en France. A plusieurs reprises, Eric demande à sa mère de lui expédier un extrait de naissance: il s'agit d'un document nécessaire pour que l'ambassade française puisse établir une nouvelle carte d'identité ou un passeport, utiles pour rentrer en France.

On peut trouver bizarre qu'Eric "perde" ainsi ses papiers...(cf note du webmaster)

Coincé à Copenhague

Eric est donc coincé à Copenhague. Il ne peut rentrer. La seule personne qui puisse l'aider, sa mère, ne peut faire grand chose sinon lui expliquer qu'il sera le bienvenu et qu'elle l'attend. Elle lui envoie plusieurs fois les extraits de naissance demandés.

Le dialogue entre mère et fils prend la forme de monologues; il lui écrit en demandant de l'aide, et elle lui répond. Mais il semble bien qu'il ne reçoive pas une bonne partie des lettres qu'elle écrit. Lorsque sa grand-mère meurt en 1998, la maman lui écrit 4 ou 5 pages à ce propos: ce n'est qu'en 2000, en discutant avec sa soeur, qu'il découvrira qu'elle a disparu. Cette lettre et plusieurs autres ne lui sont jamais parvenues.

Les lettres de 1995 à 97 sont contradictoires. L'une explique qu'il veut rester en Scandinavie, la suivante qu'il voudrait un nouvel extrait de naissance pour pouvoir rentrer. Mais elles ont au moins un point commun: on n'y lit pas le mot "scientologie". Il vit pourtant toujours à l'hotel Corona scientologue, mais on n'y trouve aucune mention de la secte. Eric n'est pas content de ce qu'il vit et veut rentrer.

Mais là aussi, c'est plus compliqué qu'il ne le suppose: la scientologie l'a déclaré "SP", "personne suppressive".

Il doit effectuer les "Etapes A à E (cf plus bas, note 3)" de la secte. Il est déclaré suppressif, inadapté à la Sea Org, et ne peut donc plus habiter l'Hotel Corona ni travailler à l'intérieur de la secte.

Trouver où aller

Eric change d'adresse: il part vers l'île Amager, dans la banlieue de Copenhague, où il travaille à cuisiner totillas et pizzas dans un restaurant mexicain. Ensuite, on le retrouve à nettoyer des bureaux. Il tombe malade, et perd peu à peu la vue. Ses lettres sont de plus en plus incohérentes.

Son écriture change. De l'île Amager, il part habiter Valby, à la périphérie de la ville. Il habite chez un couple. Il continue ses paiements à la scientologie et lit leurs ouvrages.


Les choses sont de plus en plus confuses dans sa tête, il n'arrive pas à conserver une situation. Il y voit de plus en plus mal et se fait opérer de la cataracte. Sa maladie lui donne mauvais caractère.

Il est atteint d'hypothyroïdie. Il passe une semaine à l'hopital en avril 2000, mais ne revient pas pour les soins consécutifs auxquels on l'a convié. En plus des ouvrages scientologues, il essaie de se raccrocher à n'importe quoi, et entre en contact avec Hare Krishna.

La famille qui l'accueille se rend compte que quelque chose ne va pas et tente de l'aider. Mais comme il n'a toujours pas appris le danois au bout de ces années, ils ont du mal à discuter avec lui.

Au revoir Maman

Il change de régime alimentaire, ne consomme plus que des légumes, puis seulement de l'ail et de l'ognon. Ca ne coûte pas cher et il croit que c'est bon pour sa santé. Il continue à payer ce qu'il croit devoir à la scientologie.

Les gens qui l'ont connu disent qu'il payait ses dettes. Il préférait se priver de manger - mais payer ses dettes.

C'est en février 2000 qu'il envoie la dernière lettre que sa maman recevra de lui. Il envoie une photo de lui: il a beaucoup changé, et ce n'est pas en mieux. La lettre est très courte et dit:

Chère Maman,

J’espère que tu vas bien, ça fait longtemps que je ne t’ai pas donné de mes nouvelles. J’ai beaucoup de problèmes au Danemark. J’ai perdu beaucoup d’emplois. Je vais peut-être prendre la décision définitive de rentrer en France. J’aimerais que tu m’aides à trouver une solution parce que je ne sais pas où aller. J’en ai marre du Danemark. A bientôt, Eric.

Elle n'entendra plus parler de lui.

Eric essaya de mettre un peu d'argent de côté pour pouvoir rentrer. Ses confusions quant aux aspects religieux empiraient, il devenait un locataire difficile. Sa maladie empirait aussi, puisqu'il ne mangeait pas correctement, il ne tournait pas rond mentalement parlant. Comme il y voyait mal, qu'il était devenu colérique, il perdit ses emplois et put obtenir l'aide sociale.

Le couple qui l'hébergeait ne voulut plus de lui. Voici ce qu'ils ont dit à et-sect-era: On a vraiment essayé de le garder et de l'aider. On lui rendait visite quand il était malade, et à l'hopital. On l'aidait aussi pour la nourriture, car il mangeait mal. Mais il commençait à devenir violent et on n'a plus osé le garder. La dame explique qu'une fois, il avait tenté de la frapper, qu'elle a vraiment eu peur, et qu'elle a alors pensé qu'il avait dépassé les bornes.


C'était bien plus qu'un logeur peut en accepter.

Seul à Rodby

Il dut se trouver un autre appartement; c'était plus facile de s'éloigner au Sud du Zeeland que d'en trouver à Copenhague. Il déménagea donc à Rodby.
Eric payait encore la scientologie, son budget était très serré. Voici ce qu'on peut lire de sa main dans un agenda:


Aide sociale: 5,377 couronnes danoises (environ 5000 F, 700 euros)

Dépenses:

Loyer: - 2,500 couronnes danoises (330 euros)
Reste: 2,777 couronnes danoises (370 euros)
Versement mensuel à la scientologie: - 1,000 couronnes danoises - (132euros)

Reste pour vivre: 1,777 couronnes danoises (238 euros)

Bien qu'il continue à payer sa vieille "dette de déserteur" (et qu'il soit toujours déclaré "Personne Suppressive" par la scientologie), cela n'empèche pas la secte de lui proposer d'acheter divers ouvrages.

Le 27 juillet, Natalia Nemes lui écrit, entre autres:

Cher Eric,

Merci de ta lettre au sujet d'apprendre à apprendre et de l'échelle des tons. Comme je te l'ai dit au téléphone, si tu peux m'envoyer l'argent, je t'enverrai très rapidement les livres.
Apprendre à apprendre coûte : 85 couronnes danoises
[…]
Je te suggère d'acheter la dernière version de "
Science de la Survie" avec l'échelle des tons et la Charte d'évaluation humaine. Elle est traduite en français et coûte 450 couronnes danoises.


Si tu veux les recevoir, envoie-moi simplement l'argent et tu recevras les livres ”

Eric n'avait guère besoin de dettes supplémentaires, ni de faire des chèques de 1535 couronnes au lieu des 1000 habituelles.

Désarçonné, Eric écrit alors à la scientologie le 2 août, expliquant qu'il a trouvé une nouvelle religion, et lorsqu'il aura "fini l'étape B" du maniement des "Suppressifs" (voir note 3); il ne souhaite plus faire partie de la secte.

Natalia se dit d'accord, et lui explique qu'il pourra reprendre contact plus tard avec la scientologie, par l'intermédiaire du "Chef Continental de la Justice". Tant qu'Eric paie, personne ne s'en fait dans la secte. Nous avons essayé de contacter Natalia Nemes, mais elle travaillerait désormais à Los Angelès [ndt: une importante base de scientologie].


Son état physique empire. Il a mal partout, en particulier à l'estomac.
Les soins hospitaliers et médicaux sont gratuits au Danemark, mais Eric ne sait pas grand chose à ce sujet: il ne parle toujours pas la langue du pays après y avoir passé dix ans.
Il va tenter de mettre un terme à ses douleurs et prend des cours de purification des intestins à l'école scandinave de Yoga et de méditation.
L'école a expliqué à et-sect-era qu'Eric était un brave type. Il ne venait pas règulièrement aux cours, ne suivait pas les cours ordinaires, et s'intéressait surtout à la purification des intestins.

Nourri d'ail et d'eau de source


C'est le 9 novembre 2001 qu'Eric paiera ses derniers cours à l'école de Yoga. Une facture de 300 couronnes et une autre de 1480. Personne ne sait qu'il vient d'y dépenser ses derniers fonds.
Puis il disparaît - personne ne le reverra. Il reste chez lui à manger son ail. A boire de l'eau de source et de l'ail. Les français n'ignorent pas qu'ail et ognons sont bons pour la santé. Mais dans la tête d'Eric, l'importance de ces aliments a largement dépassé leur importance réelle. Il croit que c'est bon...


L'assistant social qui s'occupe de son cas s'étonne de ne pas revoir Eric lors du contrôle mensuel. On arrète l'aide sociale financière, pensant qu'il va revenir règler ça.

Rien ne se passe


Le travailleur social décide de lui rendre visite pour savoir ce qui se passe. Le 15 janvier 2002, on le découvre chez lui. Son corps est presque déliquescent. Il est mort dans sa cuisine, alors qu'il tentait de se faire à manger. La cause estimée du décès est la glande parathyroïde qui a cessé de fonctionner par absence de vitamines et minéraux.


L'autopsie dira qu'il n'avait rien mangé depuis au moins 24 heures. Sa cuisine est vide, à part un peu d'ail. Il ne pèse plus que 45 K pour 1,67 m.


Ce n'est qu'au bout de onze mois sans nouvelles de lui que sa maman apprend la mort de son fils. L'urne funéraire lui parvient.

Par les voies officielles.


Eric voulait clarifier la planète pour la scientologie, faire partie de son élite.

Depuis 1994, il voulait rentrer chez lui. Il y revint.

A l'état de cendres.


LETTRE DE REGLEMENTS DE HCO DU 7 FEVRIER 1965

republiée le 15 juin 1970

.../..."Vous êtes ici, donc vous êtes un(e) scientologue. Nous allons faire de vous un auditeur expert, quoi qu'il arrive. Nous préférerions vous voir plutôt mort(e) qu'incapable."

.../...

L. Ron Hubbard


P.S.


Lors de nos recherches pour retracer l'existence d'Eric Rubio au Danemark, nous avons discuté avec de nombreuses personnes ayant connu Eric durant plus ou moins longtemps. Toutes se souvenaient bien de lui et avaient quelque chose à dire.

Seule la scientologie a évité de répondre quoi que ce soit, en dépit de nos appels répétés. Ce sont pourtant eux qui connurent Eric le mieux et le suivirent depuis son arrivée au Danemark jusqu'au tout dernier mois. Ils n'essayèrent jamais de l'aider à rentrer chez lui.

Lorsqu'il mourut, Eric leur "devait" [ndt cf note 2 ci-dessous] moins de 12000 couronnes - une "perte" négligeable pour la secte.


© 2002 – et-sect-era - Cyril Malka


Copie des documents originaux et informations supplémentaires peuivent être demandées à:
cyril@etsectera.com


Notes supplémentaires du Webmaster de www.antisectes.net:

1. A Copenhague, la secte prenait (et prend probablement encore) les documents d'identité de ses clients, si bien qu'il leur est difficle de passer la frontière, et donc, d'abandonner la scientologie sans crier gare et sans qu'elle le sache. Cette méthode est évidemment illégale.


2. La secte fait signer des contrats d'emploi illégaux à ses membres. Ces contrats sont d'une durée de 2 ans et demi, cinq ans, ou un milliard d'années.

Le contrait prévoit que l'employé, qui travaille plus de 250 heures par mois payés environ 20 heures, doit en supplément de ces heures de travail, effectuer au moins 60 heures de formation mensuelle (heures qu'il effectue mais qui ne lui sont pas payées en heures de travail). Cette "formation" donne lieu à l'établissement par la scientologie de factures d'un montant assez élevé (j'en ai vu passer pour plus d'un million de F).

S'il est éjecté du personnel malgré lui, comme pour Eric Rubio, ou s'il s'en va avant la fin de son contrat, la secte lui envoie une facture dite "dette de déserteur" reprenant la totalité des "formations" qu'il a reçues en interne.

Cette méthode est quadruplement illégale: primo en ne payant pas les heures réelles de l'employé, secundo en ne payant pas sa formation, tertio en lui reclamant des sommes que les employeurs sont obligés de prendre en charge, et quarto, en faisant signer des contrats d'une durée illicite.

3. Quand la secte estime que quelqu'un ne lui convient plus ou qu'elle est en désaccord avec une personne, elle la déclare "personne suppressive", une sorte d'exommunication. La personne aura, dans certains cas limités, la possibilité de faire amende honorable en parcourant les "étapes A à E", qui ne sont en fait qu'une punition globale et un abandon de toute personnalité face aux règles internes de la secte.

4. La photo de fond de page illustre ce qu'est la Sea Org scientologue. On constate très clairement qu'il s'agit d'une armée, dont aucun signe ne permet de déterminer même extérieurement qu'il pourrait y avoir un rapport avec une "religion".






Retour sous index correspondant à ce type de texte : morts, suicides, punitions en scientologie

Retour Webpage