LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

AFFIDAVIT DE VICKY AZNARAN

Voir aussi à ce sujet, l'affidavit d'un ex-avocat majeur de la secte, qui eut affaire à Mme Aznaran

From: "Roger GONNET" Subject: Re: VICKY AZNARAN - témoignage n°1 /traduction française Newsgroups: alt.religion.scientology References: <01bc1b1a$8167e2a0$LocalHost@roger Organization: A.R.S. Message-ID: <01bc1b60$54781ee0$LocalHost@rogerX-Newsreader: Microsoft Internet News Ceci est la traduction française du premier témoignage de Vicky Aznaran en justice. > il provient de sloth@sky.net

Copyright (c) 1994 par Vicky Aznaran et (c)1997 pour le traduction française, par Roger Gonnet

Quelques sous-titres du document:
- expérience en scientologie > - comment elle raconte l'expérience des Young > - trucs de scientologie et procédés > La mort d'Hubbard - La mort bizarre de Flo Barnett > - La purge prétendue de criminels scientologues > - Comment l'infâme 'Bureau du Gardien" fut dissout > - Le patron de la scientologie est un violent > - La mort du bébé des Hinder > - La loi du Fair Game (loi du gibier de potence) et sa pratique > - L'abus du système légal par la scientologie > - Destruction de preuves > - Tentative de sabotage de l'IRS (Fisc américain) > >ET CE QUE CRAINT SURTOUT LE GRAND CHEF MISCAVIGE


Graham E. Berry, n° d' Etat: Bar.128503

Gordon J. Calhoun, n° d'Etat : Bar. 84509

LEWIS, D'AMATO, BRISBOIS & BISGAARD

221. N. Figueroa Street,

Suite 1200 Los Angeles, Californie 90012

Tél: (213) 250-1800 ,

Avocats pour les défendants

UWE GEERTZ, PH.D.

COUR DE DISTRICT DES ETATS - UNIS

DISTRICT CENTRAL DE CALIFORNIE CHURCH OF SCIENTOLOGY, INTERNATIONAL

N° CV 9164-26 HLH (Tx)

    Déclaration de Vicky Aznaran au sujet de la demande de frais de justice ( Vicky est l'ancienne présidente de la scientologie)

VS. Date : 4 Avril 1994 > Heure : 1Oh A.M.

STEVEN FISHMAN ET UWE GEERTZ, défendants,

Salle n° 7

1. Je soussignée, Vicky Aznaran, déclare et dit: j'ai plus de dix-huit ans et réside au Texas. J'ai une connaissance personnelle des affaires citées dans cette déclaration et si on me le demande, je pourrai donc témoigner de façon compétente à ce propos.

2. Ci jointe la Pièce A, copie véritable et correcte d'une déclaration exécutée le 18 Juillet 1990, pour usage dans le procès Etats-Unis d'Amérique contre Steven Fishman, cas XR.88-0616 DLT. Le contenu de cette déclaration demeure exact et correct à la date où elle a été faite. Le contenu en est incorporé et fait partie de la présente déclaration.

MON EXPERIENCE EN SCIENTOLOGIE
3. J'ai joint l' église de Scientologie en 1972. En 1978, approximativement après quatre ans en tant que membres du personnel, mon mari et moi avons rejoint la Sea Org [organisation maritme, au sommet de la scientologie, ndt]. De 78 au début 87, nous avons travaillé pratiquement toutes nos heures éveillées, avec fort peu de jours à l'extérieur, sur divers postes assignés en scientologie.

Je suis finalement devenue présidente du Religious Technology Center et j'étais censée être l'autorité du "sommet" ecclésiastique de la scientologie. Richard était un officier de sécurité de rang élevé. Durant cette période, mon mari et moi-même fûmes intimement familiers de la structure et des activités de diverses organisations scientologues. Entre autres choses, j'étais mise au courant et instruite, et parfois je participais à des réunions concernant les tactiques de litigation et les méthodes destinées à venir à bout des "ennemis" de la scientologie.

Dans nombre de cas, je faisais partie de la chaine de commandement concernée par l'approbation de ces activités. De 1984 à 1987, je tenais le poste d'Inspecteur Général, un des offices les plus élevés de l'organisation, et connaissais donc les arcanes les plus confidentielles du groupe. Entre sa création légale en 1982 et 1987, quand je quittai la scientologie, je fus membre du RTC (Centre de Technologie Religieuse). J'y tenais le poste que tient désormais Miscavige.

Depuis 1978, j'étais membre de très haut niveau de la Sea Organisation, classe d'élite au sein de la Scientologie. Au moment où je suis partie, j'étais auditeur de haut rang (Classe IX) et Administrateur (Cours d'Evaluation des Données, Cours pour Cadres d'organisation). Pour achever le cours pour cadres d'organisation, on doit étudier toutes les lettres de règlements écrites par Hubbard, ce qui fait une grande masse de livres grand format.

    EXPERIENCE DE VAUGHN ET STACY YOUNG EN SCIENTOLOGIE

5. Pendant que je tenais le poste d' Inspecteur Général du RTC, je connus bien Vaughn et Stacy Young, en particulier du fait de leurs positions en scientologie: Vaughn Young tenait le poste d'Officier de Relations Publiques personnel de L. Ron Hubbard dans un projet spécial qui devint ensuite "ASI" (Author Services, Inc. - c'est à dire 'Société de Services Auteur'). Ce projet spécial et ASI étaient sous la coupe de David Miscavige et Norman Starkey. Ce poste était traditionnellement très important en Scientologie. ( S U I T E ) Vaughn Young était également chargé d'écrire une biographie d'Hubbard après que Gerald Armstrong, chargé de cette tâche avant lui, ait quitté la Sea Org.

Gerald Armstrong était le membre de la sea org chargé d'écrire la biographie d'Hubbard avec l'écrivain Omar Garrison. Cela se passait au moment où Vaughn Young était l'Officier des Relations Publiques d' Hubbard. Vaughn Young a continué cet emploi après la mort de Hubbard. Il a été appelé avant la mort d'Hubbard. Avant sa mort, Hubbard n'a fait appel qu'à Ray Mithoff et bien sûr, à Pat et Anne Broeker, qui étaient les seuls à vivre avec Hubbard pendant ses six dernières années. En réalité, Hubbard ne désirait voir avant sa mort ni Miscavige, ni quantité de membres du staff, sauf moi-même et Vaughn Young, qui avaient été appelés, car il n'avait appelé que ceux qu'il voulait voir. Miscavige en était très déprimé. La déclaration de Miscavige voudrait dire que Vaughn Young et les autres ne sont arrivés qu'après la mort d' Hubbard, ce qui n'a aucun sens.

6. Au début des années 1980, Stacy Young tenait le poste d'Officier d'Organisation du Projet Special. Le projet était dirigé par Miscavige.Il y avait 15 personnes dessus. Officier d'Organisation est un poste élevé dans toute organisation de scientologie. Il est membre du conseil de direction. Stacy Young fut ensuite employée en divers postes d' OSA (Office des affaires spéciales, services secrets de la scientologie, ndt), aux Relations Publiques. ASI n'était pas une importante organisation, elle avait une quinzaine de staffs. A l'époque où j'étais dans le RTC, ASI était une organisation de très haut niveau, placée au-dessus du RTC dans la chaîne de commandement. Le personnel d' ASI recevait directement ses ordres d' Hubbard et de l'assistant qui l'épaulait et vivait avec lui, Pat Broeker. Alors que j'étais membre du staff en scientologie, je connus Vaughn Young du fait qu'il était un Porte-parole haut placé pour la scientologie et le Bureau du gardien (ancien bureau des services secrets,ndt).

    LES OFFICIELS DE SCIENTOLOGIE EVITENT LES POURSUITES

7. La règle courante pour les cadres dirigeants de scientologie est d'éviter les poursuites. C'est pourquoi on nomme des cadres de niveau moyen à des postes officiels d'organisations scientologues, tels que "Président de Church of Scientology, International - CSI -" Ces postes officiels n'ont pas de réel pouvoir au sein de l'organigramme de commandement de la scientologie. Cette règle était en place tout le temps que je fus dans l' Organisation des Messagers du Commodore (de 1978 à 1987). Ce règlement avait pour but d'empècher que ceux qui étaient au courant de secrets scientologiques soient mis en position de les révéler en justice. Hubbard se cacha durant six ans, n'autorisant son entourage qu' aux seuls Pat et Anne Broeker, tout ceci pour éviter qu'on puisse l'atteindre par des poursuites en justice et des assignations à comparaître dans des affaires criminelles. Tout le personnel de sécurité était entraîné à empècher les poursuites de cadres dirigeants.

Lorsque David Miscavige fut l'une des cibles d'une enquète de l' IRS (CID), il était très soucieux de risquer la prison. Du fait de sa petite taille, il était très ennuyé de risquer d'avoir à faire face aux harcèlements sexuels alors qu'il irait en prison avec des criminels ordinaires. A cette époque, il imagine divers moyens de quitter le pays au cas où l'IRS déciderait d'arrestations. Eviter qu'on puisse lui délivrer les mandats ou assignations judiciaires est une tactique à laquelle Miscavige est très entraîné. (Voir Pièce D). Je reconnais que la pièce B est une copie du document interne de scientologie "Projet Quaker" que je cotoyais alors que je servais en divers postes de la scientologie.

MISCAVIGE: ON PEUT LE DESIGNER COMME DIRIGEANT LA SCIENTOLOGIE ET DIVERSES CORPORATIONS [entités légales, ndt] SCIENTOLOGUES, Y COMPRIS LA CSI
8. David Miscavige fut le chef du "Board Author Sevices, Inc." (ASI) en 1984 et 1985. ASI tenait lieu d'entonnoir par lequel les profits de la scientologie étaient dirigés vers Hubbard, si bien qu'il s'agissait de quelque chose de très important en scientologie. Miscavige représentait Hubbard dans tous les aspects de contrôle de la scientologie. Il tenait des réunions régulières avec moi et d'autres officiels du plus haut niveau des organisations de scientologie, pour réviser les statuts de toutes les activités scientologues, incluant les litiges et campagnes de dénigrement pourries contre les ennemis de la scientologie.

9. Alors que je tenais le poste de Président du Conseil d'Administration du RTC, David Miscavige tenait celui de Président du Conseil d'ASI. A cette époque, il contrôlait les dirigeants du sommet des lignes de commandement scientologues, il s'agit : de Marc Yager, CO CMO INT (titre du poste, ndt) et patron du Watchdog Commitee (Comité des Chiens de Garde, ndt); de Guillaume Lesevre, ED Int (Directeur exécutif International); de Ray Mithoff, (C/S supérieur International), moi-même (Inspecteur Général et COB du RTC). Miscavige devint patron du RTC en Mars 1987 et muta alors Marc Yager et Ray Mithoff depuis leurs postes dans le RTC à celui qu'ils ont au sein de CSI. Il muta aussi Marty Rathbun, LRH Legal I/C (officier de LRH pour les problèmes légaux) et Greg Wilhere depuis leurs postes à ASI vers des postes de RTC. Je constate maintenant que Miscavige les a remis dans CSI. Il ne s'agit là que d'une illustration de son contrôle au sein de CSI.

10. Depuis 1981, Miscavige a pris les décisions quant aux poursuites en justice et à la façon dont elles doivent être menées. Ce faisant, il ne se préoccuppe pas de savoir quelle entité scientologue est en litige juridique. Miscavige n'a jamais permis à qui que ce soit d'autre de prendre les décisions finales en la matière. Alors que j'étais appointée Inspecteur général du RTC, ainsi que chef de la Mission 040, qui reprit en mains le GO (Bureau du gardien), comme le souligne la déclaration de Miscavige, je fus de nombreuses réunions et vis d'innombrables ordres de Miscavige concernant des procès en scientologie. Durant tous les procès, Miscavige recevait chaque jour des transcriptions et donnait ses ordres aux avocats en direct, quelle que soit l'entité légale scientologue choisie pour poursuivre en justice. Je recevais une copie de ce "rapport judiciaire quotidien" pendant que j'étais au RTC. Ce rapport contenait un résumé de tout ce qui se passait dans chaque procès impliquant la scientologie. Miscavige publiait ses ordres et faisait des réunions régulières à ce propos. Les procès sont très coûteux et ont parfois comme résultat une très mauvaise image de marque. Miscavige n'acceptait donc aucune interférence dans les décisions à prendre.

          LA MORT DE FLO BARNETT

11. Le suicide Flo Barnett fut un scandale dans les cercles intérieurs de la scientologie. Ceci non pas tellement à cause du suicide, mais à cause du fait qu'elle faisait partie d'un groupe déclaré ennemi de la scientologie, celui de David Mayo, le "Advanced Ability Center" [Centre Aptitudes Supérieures, ndt]. Elle recevait audition et assistance de ce groupe à cette époque et elle avait un dossier d'étude du niveau "NOTs" [niveau supérieur de procédures d'audition scientologue, ndt], dont on supposa qu'il venait du groupe de David Mayo. L'appartenance de Barnett à ce groupe en avait fait une "personne suppressive", puisqu'elle aidait activement un "groupe suppressif". Le fait que David Miscavige ait été lié parentalement à elle le répugnait énormément, ainsi que sa femme, Michelle/Shelly Miscavige. Le commentaire de Miscavige à sa mort fut : "la pute n'a eu que ce qu'elle méritait". Sa femme Shelly, [dont Flo était la mère, ndt], ne paraissait pas penser différemment. J'ai demandé à Shelly comment ça allait, depuis cette mauvaise nouvelle. Elle m'a dit que personnellement elle se sentait très bien et que c'était une bonne occasion de savoir d'où venaient les "matériaux de NOTs" et de s'en servir comme levier contre Mayo. Elle dit aussi que ce n'était pas surprenant que ceci soit arrivé à sa mère, puisqu'elle "était dans la fausse tech" - [squirelling est le terme sciento, ndt.] Les circonstances des décès de Flo Barnett et Yvonne Jentsck relèvent, pour mon compte, tout à fait du cas présent.

      LA PURGE PRETENDUE DE CRIMINELS SCIENTOLOGUES

12. Hendrickx Moxon, actuellement avocat de la scientologie au procès en cours ici, fut un des participants de tout premier plan aux activités du "Bureau du Gardien". Avant de devenir avocat aux frais de la scientologie, il était membre du personnel du Bureau du gardien à Washington, D.C. Moxon fut impliqué dans la conspiration scientologue d'infiltration du gouvernement US. Cette conspiration fut découverte par le FBI en 1977. La scientologie admit alors les crimes, qui comprenaient ceux de Moxon. Neuf dirigeants scientologues, dont la femme de Ron Hubbard, allèrent en prison par suite des activités criminelles conduites et engendrées par l'église de scientologie. J'ai bien connu et vu ces activités criminelles menées par et pour le compte de la scientologie. J'ai bien connu certains documents joints, alors que j'étais responsable de la Mission 040 en 1981/82, pour reprendre le "GO" des USA en mains. Moxon était impliqué dans les activités criminelles, les tentatives d'infiltration cachée, l'obstruction à la justice. Le gouvernement des Etats-Unis poursuivit Moxon en tant que co-conspirateur non accusé, en même temps que les 11 dirigeants scientologues. (Voir pièce C, pages 212-214).

Ceci n'est qu'un exemple illustrant le fait que Miscavige n'a pas éjecté et n'éjectera jamais un criminel des rangs de la scientologie. Miscavige est tout à fait au courant des statuts de Moxon et le maintient à un niveau élevé du staff légal de la sea org. Pratiquant scientologue et avocat scientologue interne, le premier des devoirs de Kendrick Moxon consite à protéger Miscavige et la scientologie. Ce devoir surpasse tout autre qu'il serait supposé accomplir devant ce tribunal ou par rapport à la loi.

13. La scientologie fut créée par Hubbard dans les années 1950. Les règles et croyances de la scientologie ont été établies par Hubbard. Hubbard a créé le GO, en fonction de sa croyance et de ses idéaux. Le GO était sous la coupe de sa femme, Mary Sue Hubbard. Vers la fin des années 60 et pendant les années 70, le GO a commis de très nombreux crimes, internationalement. Hubbard était tout à fait conscient des activités du GO, et cela APPARAIT dans le volume important de documents contenant ses divers ordres au GO. Les règlements et croyances qui ont établi la scientologie et le GO sont toujours en place de nos jours, exactement tels qu'ils étaient dans les années 1950, 60, 70, et 80. Rien n'a changé, car il est absolument contraire à l'âme même de la scientologie de changer quoi que ce soit aux croyances et enseignements d'Hubbard. Les activités du GO - Bureau du gardien - n'ont pas plus disparu que les "ennemis" de la scientologie. Ces activités sont menées par l'OSA "Office des Affaires Speciales", leurs enquèteurs-détectives privés qui travaillent apparemment pour les avocats scientologues, et sont donc protégés par le privilège du "travail pour le compte d'un avocat". La scientologie a appris à ses dépens à conserver ses activités criminelles à portée de main. Un exemple nous est donné par Eugène Ingram, qui fut engagé par Miscavige pour obtenir une preuve sur Michael Flynn, démontrant que Michael Flynn [avocat ayant conduit plusieurs procès contre la scientologie, ndt] aurait fait un chèque escroquant le compte de L. Ron Hubbard. Ingram a payé Ala Tamimi, criminel en prison, afin qu'il lui fasse une déclaration disant qu'il avait été engagé par Flynn pour imiter le chèque en question. J'avais alors été informée par Marty Rathbun, alors dirigeant du légal pour le compte de Miscavige, qu'Ingram avait payé Tamimi afin d'en obtenir de quoi faire arrêter Michael Flynn. Ce système ayant raté, j'appris qu' Ingram passait quelques temps au Mexique pour éviter que les autorités n'enquètent sur la question.

MISCAVIGE FRAPPE LES MEMBRES DU PERSONNEL SCIENTOLOGUE
Contrairement à sa déclaration du 14 Février, Miscavige a frappé des membres du staff quand ils avaient fait quelque chose qui ne lui plaisait pas. En 1981, je témoigne l'avoir vu frapper sur la bouche John Axel , membre de la sea org. Miscavige avait deux grands types avec lui, lorsqu'il l'a frappé, et cela, bien que John Axel soit plutôt petit et de manières calmes. Miscavige prend aussi des photos de membres du personnel tombés en disgrâce, et tire dessus au pistolet. Je témoigne l'avoir vu le faire à propos des musiciens de Golden Era; Fernando Gamboa était une des cibles.
            LA MORT D' HUBBARD 

15. Quand je suis arrivée au ranch d'Hubbard à San Luis Obispo après sa mort, j' ai été informée par Miscavige qu' Hubbard était mort et qu'il ne voulait voir aucune "connerie de marque de chagrin". Earl Cooley, avocat, et d'autres, convainquirent le coroner de San Luis Obispo de ne pas pratiquer d'autopsie du corps d'Hubbard, qu'on incinéra dans les 24 heures du décès. Miscavige annonça au monde scientologue que "Hubbard avait quitté le corps", qu'il continuerait son travail ailleurs. Les scientologues croient qu'à la mort, la personne quitte le corps, en prend un autre, et continue à servir la scientologie. C'est ainsi que s'explique le contrat scientologue d'un milliard d'années en usage à la sea org.

16. Juste avant qu'il meure, je savais que certaines mises en cause d'Hubbard devaient avoir lieu par l' IRS. Miscavige aurait dit "que le meilleur moyen pour le vieux [Hubbard] de s'en tirer, ce serait de mourir".

17.Je fis partie du petit groupe appelé au ranch d' Hubbard avant qu'il ne meure. Vaughn Young et Miscavige y furent aussi appelés.

        LA MORT DU BEBE DE MIKE RINDER

18. Mike Rinder, membre de CMO International et sa femme, Kathy eurent un bébé, au début des années 80, né à Clearwater. Mike Rinder était à Gilman Hot Springs, Californie, au même moment.Ce bébé mourut à quelques jours.Le bébé avait reçu la "technologie de soin aux bébés" d'Hubbard. Quand il mourut, Rinder demanda une permission pour voir sa femme et sa famille. Quand on l'apprit à Miscavige,il répondit que la permission pour aller dehors n'était "que de la merde" et que Rinder n'en avait aucun besoin, qu'il devait seulement s'occuper de faire monter ses statistiques, qui n'étaient pas bonnes, que de toute façon le bébé trouverait un autre corps et qu'il n'y avait pas de quoi pleurer.

          PROCEDE "FIN DE CYCLE"

19. Le terme "Fin de cycle" existe en scientologie. Il s'agit de finir totalement quelque chose. Nombre de routines et de procédés de scientologie contiennent cette notion. L'idée que quelqu'un achève son cycle en mourant est un concept scientologue, que Hubbard a écrit (voir pièce D).

L' ARTICLE DU TIME MAGAZINE NE CONCERNE PAS CSI ET N'A PAS TRAIT A CSI
20. J'ai lu l'article de Time Magazine, intitulé "Scientologie, secte florissante avide de Pouvoir et Argent". J'ai en particulier pris connaissance de deux paragraphes de cet article attribués à Steven Fishman et au Dr Uwe Geertz. Il existe dans ces deux paragraphes des références à la scientologie et à "l'église".

J'ai aussi appris de Graham E. Berry, avocat, que "Church of Scientology International, - CSI -, prétend que les mots église et scientologie concernent la "Church of Scientology, International". Cette allégation est fausse et absurde. CSI n'est qu' une église de direction. Elle n'a pas de membres. Il s'agit essentiellement d'un véhicule des marques commerciales (Trademarks, ndt), de droits d'auteur, et de direction financière. Les entités légales scientologues sont par ailleurs combinées soigneusement afin d'égarer les poursuites judiciaires et les poursuivants, les tribunaux et l' IRS. Toute cette "enveloppe" d'entités et missions a pour fondements les conférences sur bande "MCCS" (Mission Corporate Category Sort out).

21. En corollaire, il est absurde d'affirmer que les mots "scientologie" et "l'église" soient utilisés pour "CSI" dans les sections indiquées de l'article de Time Magazine; ils ne désignent que l'église ou la scientologie en général et/ou de façon générique. Ils n' ont certes pas trait à CSI.

FAIR GAME (Loi du Gibier de Potence, ndt) et PERSONNES SUPPRESSIVES
22. La stratégie légale de Scientologie et l'existence de nombreux problèmes légaux potentiels, dont certains ont déjà été abordés, m'étaient bien connus lorsque j'étais membre de la scientologie. On dénomme "suppressifs, personnes suppressives, SPs", les ennemis de la scientologie. On devient une "personne suppressive" en faisant un acte suppressif, comme de poursuivre la scientologie en justice, qu'on soit le client ou l'avocat. Dans le jargon scientologue, être "déclaré" signifie "avoir été déclaré - jugé - personne suppressive" [par la scientologie], et donc, que l'on peut être sujet à des attaques, des mensonges, harcèlements, dommages et destruction, sans que la scientologie se préoccuppe de vos droits légaux, de la vérité ou de l'honnèteté. On considère acceptable en scientologie de mentir, tricher, voler et autres actes illégaux commis pour "manier" une "personne suppressive".

23. La pratique de cette règle est parfois nommée "Fair Game - Gibier de Potence". Dans le jargon scientologue, une personne "déclarée" signifie "déclarée suppressive", ce qui signifie qu'elle est 'fair game'. Le règlement Fair Game est paru au cours des années 60. Il n'a jamais été annulé. On a publié un document censé avoir annulé le 'fair game', mais ce document affirme seulement que rien ne change dans la manière de manier les "SPs"; en fait, l'annulation de "fair game" n'est qu' affaire de mots. Les ennemis de la scientologie sont traîtés par le "Fair Game".

24. Du fait de mon poste et des rapports réguliers reçus à mon bureau pendant ma présidence à la tête de RTC, je sais que les actions de Fair Game à l'encontre des ennemis étaient monnaie courante. En plus des tactiques de poursuite judiciaires déjà décrites, les activités de fair game incluaient cambriolages, attaques, faillites d'affaires ennemies, espionnage, investigations pour harceler, abus de communications confidentielles dans les dossiers des 'paroissiens', etc. Je me souviens entre autres d'avoir vu des attaques à l'encontre de Bent Corydon une fois que la scientologie a su qu'il avait écrit un livre critique d'Hubbard.

PLAINTES ABUSIVES DE LA SCIENTOLOGIE (Poursuites frivoles)
25. D'autres écrits d'Hubbard encouragent les scientologues à entreprendre des procès uniquement destinés à harceler, sans se préoccuper de la valeur de la plainte, mais pour provoquer le repli de l'ennemi. Les écrits d'Hubbard spécifient :"Le but de la plainte est de harceler et décourager plutôt que de gagner... on peut facilement se servir de la loi pour harceler...cela suffira souvent à mettre l'ennemi en faillite professionnelle...Si possible ruinez-le complètement..." (Hubbard : Magazine Articles on Level 0 checksheet", Organisation Saint Hill Américaine, 1968)

26. En tant que Présidente du RTC et membre de la Sea Org, j'ai participé à des réunions au sujet des nombreuses actions légales engageant la scientologie. A cette époque, j'avais accès à tous documents ayant trait au RTC. Je recevais un rapport quotidien sur mon ordinateur, comprenant un résumé de chaque 'cas légal' impliquant la scientologie. Je reçus - ou du moins me le disait-on, des copies de toutes les actions en justice essentielles impliquant la scientologie [et je] me trouvai sur toutes les lignes "d'approbation" des documents légaux impliquant le RTC. Pendant cette période, j'avais le choix de participer ou pas aux réunions légales, certaines étant toutefois obligatoires. Je fus donc au coeur de nombre de réunions au sujet de procès/litiges, et pris conscience des sales coups et manoeuvres légales de la scientologie. Pour les détails, j' avais souvent recours à des spécialistes internes ou externes à la scientologie; j'étais cependant, au moins en théorie, le chef du RTC et j'avais accès à n'importe quel "secret" d'affaires ou de litiges de scientologie.

27. User du système légal pour abuser et harceler l'ennemi est une pratique habituelle et une politique précise de scientologie. Cette politique brute et fondamentale n'est pas un secret. La politique consiste à faire n'importe quoi, et tout ce qui est possible, pour harceler celui qui attaque, sans se préoccuper d'un choix de manoeuvre particulier ni dont l'application légale soit certaine de donner un résultat. Cette règle a été suivie dans tous les cas de justice dans lesquel j'ai été impliquée, ou que j'ai connu lorsque j'étais membre de la sea org. Le management de la scientologie a constamment exprimé et démontré le plus total dédain pour le système judiciaire, ne le considérant au plus que comme une méthode d'harcélement des ennemis. En voici quelques exemples:

LA SCIENTOLOGIE DETRUIT LES PREUVES ET REECRIT L' AFFAIRE
28. Durant le procès entre Steven Fishman et la Scientologie, qui prit place par-devant le Juge Breckenridge de la Cour Supérieure du Comté de Los Angeles, la cour ordonna qu'on produise les dossiers de préclair [patient scientologue, client de la secte, ndt] d'Armstrong. Ces dossiers sont conservés en scientologie, quand des gens se soumettent aux séances de questionnement nommées "audition". Durant ce procès, on m'intima l'ordre de revoir les dossiers d' Armstrong et d'y détruire ou cacher tout ce qui pourrait supporter le cas d'Armstrong contre la scientologie. Cette pratique est connue en scientologie sous le nom de "cueillette des dossiers de préclairs"[Culling pc folders en anglais, ndt] et on l'emploie souvent.

29. Durant l'autre procès à Los-Angeles, connu sous le nom de procès Wollersheim, le juge m'ordonna de produire les dossiers de Wollersheim. Comme on me le demandait, je "fis la cueillette" dans les dossiers et en ôtais donc tout ce qui pouvait faire du tort à la scientologie ou qui aurait pu servir à soutenir la plainte de Wollersheim. J'ôtais par exemple diverses références à des évènements concernant sa famille, l'angoisse causée, les preuves de déconnections de sa famille et les preuves de fFair Game.

30. Je fus aussi impliquée dans nombre de réunions concernant ce qu'on appelle le "cas Christofferson" à Portland, Oregon. Ce cas a été plaidé deux fois. Dans le premier procès, un témoin scientologue du nom de Martin Samuels fut entraîné de longues heures durant à mentir de façon convaincante ou à éviter de dire la vérité. Avant ou pendant le second procès, il reconnut sa conduite. Lors de ce procès, une scientologue du nom de Joan Shriver produisit des documents de réponse qui auraient pu être incriminants [pour la scientologie]. Elle fut sérieusement punie[par la scientologie] car c'était là un grave manquement aux règles. Ces documents avaient été si rapidement exigés qu'apparemment, on n'avait pas pu en faire "la cueillette" complètement. Dans un autre cas, un avocat fut sévèrement critiqué et pratiquement jeté dehors pour ne pas avoir entraîné et comblé les désirs d'Heber Jentzsch. Pour des raisons de relations publiques, Heber Jentzsch est le chef supposé de la Church of Scientology International. Durant sa déposition, Jentzsch fut incapable de répondre à des questions fondamentales concernant le management de la CSI.

31. Pendant que j'étais en scientologie, j'appris diverses opérations dirigées contre un auteur ayant publié un livre critique de la scientologie. Cet auteur, Paulette Cooper, eut à subir diverses formes de harcèlement. Une opération consistait à se faire prendre pour elle. Une fausse menace de bombe fut écrite sur son papier à lettres. Madame Cooper subit une enquète et ne fut relachée par le FBI qu'après la saisie des documents scientologiques qui démontraient cette machination. Il y eut au minimum une autre opération dirigée contre Madame Cooper. En résumé, cela consistait à la faire plaquer par son petit ami pour renforcer ses tendances suicidaires, en espérant qu'elle se suiciderait.

32. En 1976 et 1977, le Maire de Tampa (Floride) [où se trouve un des sièges principaux de la scientologie] était engagé dans la bagarre contre la scientologie. On mit au point un arrangement avec un avocat du nom de Merritt Vanniere, un scientologue, pour qu'il représente Cazares au tribunal et qu'il sabote le procès. Ce complot fut également découvert dans les documents saisis par le FBI. En réaction au procès de M. Casares, on tenta aussi de l'impliquer dans un accident de voiture où on lui aurait fait prendre la fuite. 

33. Fin 79 et début 80, il y eut une importante destruction de documents afin de détruire toute preuve du fait que L. Ron Hubard, "LRH" contrôlait la scientologie. J'ai participé à cette activité à Clearwater, et j'ai su qu'il se passait la même chose à Gilman Hot Springs en Californie. Dès cet instant, il y eut effort continuel pour cacher la mainmise d'Hubbard. Par exemple, lors d'une enquète de l'IRS, Norman Starkey me fit quitter le lit alors que j'avais une pneumonie, parce qu' un officier de police de Los Angeles l'avait avisé qu'une descente allait avoir lieu sur l'org de Los-angeles. Starkey m'ordonna de prendre un poste informatique, et de s'assurer que toute l'information disponible sur les ordinateurs de Los Angeles serait nettoyée de toute implication d'Hubbard concernant l'argent et le pouvoir en scientologie; une copie devait être conservée. Ces copies devaient être sauvegardées sur des disquettes et cachées dans des lieux sûrs. A cette époque, je dus également détruire tout ce qui montrait un contrôle de Starkey ou de Miscavige sur la scientologie.

    LA SCIENTOLOGIE INFILTRE LE GOUVERNEMENT DES ETATS-UNIS

34. EN 1981 environ, alors que j'oeuvrais dans une organisation de scientologie connue sous le nom de GO (Bureau du gardien), j'avais accès à et pus observer divers éléments montrant diverses communications au sujet d'actions illégitimes auxquelles le GO participait. Le GO essyait d'infiltrer des agences gouvernementales et privées, incluant l' IRS, le Ministère de la Justice, l'Association Médicale Américaine et l'Institut National de la Santé Mentale. Le but du programme était de voler et éliminer tous rapports négatifs sur Hubbard et la Scientologie qu'aurait pu détenir l'une de ces agences.

      LES AFFIRMATIONS DE FISHMAN SONT CREDIBLES

35. J'ai examiné certains documents parlant de l'expérience de Fishman en Scientologie, je me suis entretenu avec le Conseil de Mr Fishman, et j'ai revu le document autobiographique de 1151 pages de Fisman en scientologie intitulé "The Lonesome Squirrel" [l'écureuil solitaire, ndt, écureuil désignant en scientologie le fait qu'un scientologue fasse sa propre sauce technologique plutôt que suivre celle d'Hubbard, ndt]. En fonction de mes années d'expérience en Scientologie et de ma relecture de l'oeuvre de Fishman, voici mes opinions et conclusions:

    A. Je crois que Mr Fishman fut membre du personnel depuis 1979 et qu'il fut activement impliqué comme il le dit. Cette idée se base sur mon expérience que seul un membre actif engagé depuis longtemps peut connaître les détails de fonctionnement internes du groupe; Mr Fishman possède cette connaissance. Etre conscient de certains projets confidentiels ne peut arriver que lorsqu'on est un membre en qui la hiérarchie fait confiance; M. Fishman est conscient de ces choses. Ce n'est qu'après avoir obtenu une grande confiance qu'un membre quelconque peut parvenir à être impliqué dans certains projets au sein d'un groupe qui pratique à un tel point la politique du secret et exclut de ces projets secrets la plupart des membres. Il apparaît que Mr Fishman avait obtenu cette confiance. Ce qu'il dit des réunions avec des officiels de haut niveau et sa connaissance des opérations et fonctions de la hiérarchie est si détaillée et exacte qu'elles ne peut avoir été acquise que par expérience personnelle directe.

    B. Le fait que les officiels de scientologie réfutent toute appartenance au groupe antérieurement au 8 Février 1986, qu'ils prétendent qu'il n'avait aucun engagement et l'absence de dossiers quant à son appartenance correspondent exactement à la procédure habituelle destinée à se protéger. La scientologie répand la certitude que toute action protégeant l'organisation est justifiée, car le groupe est supérieur à l'individu. Tout membre qui accomplit un acte criminel au profit du groupe est tenu en laisse; s'il est coincé, la scientologie le désavoue. Cette procédure a même été utilisée sur l'épouse du fondateur de la scientologie. Etant donné la menace grave que la défense de Fishman faisait peser sur le groupe, je pense que la façon dont Fishman énonce l'implication de certains membres de la Scientologie dans des méthodes destinées à créer des menaces à son encontre ou à l'encontre de son Conseil et donc, de miner sa crédibilité et le rendre inutilisable à titre de témoin contre la scientologie, relève de faits qui correspondent à leur modus opérandi.

Je déclare que ce qui précède est vrai sous peine de pénalité de parjure, d'après les lois des Etats-Unis d'Amérique.

Fait ce septième jour de Mars, 1994, à Dallas, Texas.

Signé Vicky Aznaran

----------------------------------------------- Le document original anglais a été chargé sur Usenet par Jeff Jacobsen et converti au format HTML et légèrement modifié en raison des anomalies de scannerisation.

Traduction c Roger Gonnet 15 Février 1997

back

Retour index général

Retour index textes généraux